L’inquiétante facilité au renoncement républicain

Posté par michaelbruel le 28 avril 2010

Etre responsable politique en région Provence-Alpes-Côte d’Azur, c’est assurément se poser la question permanente de la présence du Front National et particulièrement de sa résurgence lors du dernier scrutin.

Malgré une campagne fortement axée sur l’esprit républicain qui anime profondément Michel Vauzelle, cela n’a pas permis d’endiguer cette dangereuse résurgence. L’interrogation commence par poser les constats mêmes difficiles car la clef de la réponse demeure dans cette exactitude.

Lors des Régionales de 2004, le FN faisait au premier tour 22,95% des voix et 21,01% au second. Pour celles de 2010, le FN fait au premier tour 20,29% des voix et 22,87% au second. En termes de réservoir idéologique, il pouvait compter sur les apports du MNR en 2004, soit 2,94% et sur ceux de La Ligue du Sud cette année soit 2,69%. Or en 2004, le FN perd presque 2 points entre les 2 tours malgré les voix du MNR alors que cette année il gagne plus de 2 points atteignant son meilleur résultat pour le second tour.

La seule présence de Jean-Marie Le PEN ne peut tout expliquer. En effet, il a fait son meilleur résultat dans le département du Vaucluse avec 26,54% des voix (au 2nd Tour) alors que dans les Alpes Maritimes il fait 23,85% en conduisant la liste.

Son résultat, nous révèle donc bien que la Droite dite républicaine, sous l’influence de son chef de file, a siphonné l’électorat frontiste et qu’elle a déçu ces électeurs donc très probablement renforcé l’extrême droite, mais là encore cela n’explique pas tout.

Le drame particulier de ce trop bon résultat pour la formation d’extrême droite, réside en 2 faits majeurs et particulièrement inquiétants pour l’avenir : elle n’effraie plus le républicain et enracine l’électorat le plus jeune.

Cette formation d’extrême droite ne demeure plus une voie de contestation et de mécontentement du premier tour, elle offre une adhésion qui dépasse ses relents nauséabonds en capitalisant pour le second tour. On peut malheureusement y voir des esprits républicains contrariés qui ne se sont plus effrayés par la honte qui pèse sur ce parti et ainsi prêts à valider des victoires de l’extrême droite. C’est une attitude dangereuse, mais ce qui fait le plus de mal aux militants laïcs et républicains, c’est d’admettre que l’offre politique républicaine du second tour repousse plus que les thèses fascisantes du FN, que pour certains elle ne représente plus une possible sanction de la formation à battre.

Bien sûr, on peut relativiser cet effet à la vue du nombre d’électeurs concernés mais le danger c’est de ne pas relever une tendance même si elle n’est qu’hypothèse, parce que celle-ci est particulièrement grave de conséquences. Outre la xénophobie et le corps idéologique du FN, le rejet du politique – ou plutôt des hommes politiques – alimente de plus en plus cet électorat avec de moins en moins de réserves sur les valeurs véhiculées par ce parti. Nombre de solutions peuvent être avancées au travers du renouvellement générationnel, de l’exemplarité des représentants, de la reconstruction des clivages idéologiques gauche-droite, de la reprise d’une militance de dénonciation… mais peut-être qu’il convient aussi d’étudier des mécaniques qui permettraient d’éviter un soutien électoral de longue durée qui deviendrait adhésion aux thèses notamment en s’interrogeant sur la représentativité du vote blanc et sa prise en considération. On pourrait essayer de dissocier le « blanc » du « nul » pour construire un espace de contestation qui devrait être opératif avec des mécanismes de nouvelles convocations des élections, ou de changements des représentants… à voir.

Car les esprits se forment à construire des victoires de l’extrême droite, s’éloignent de la république, méprisent toujours plus la chose politique. Cette tendance est dangereuse, ainsi, si l’on regarde avec attention les échantillonnages des sondages pré-électoraux, les socialistes ne sont que la 4ème force politique dans la jeunesse provençale derrière l’UMP puis le FN et l’ensemble des forces de gauche n’y représente plus qu’un tiers, guère mieux que le FN seul.

Il est de notre responsabilité politique de ne pas laisser la jeunesse – les 18-35 ans dans l’échantillon des sondages – porteuse de nos espoirs, déconsidérer les urnes et ne s’y rendre qu’en validant des formations politiques autoritaristes à l’image de notre chef d’Etat ou du Front National. Comment ne pas s’interroger sur cette jeunesse qui avait 12 ans en 98 et dont nous avons accompagné l’adolescence les menant quasiment vers leurs premiers votes ? Comment ne pas s’interroger sur cette jeunesse des emplois jeunes qui deviennent trentenaire aujourd’hui et qui ne sont plus à nos côtés ? Le malheureux constat, c’est que nous n’avons pas laissé une marque indélébile de notre gouvernance et qu’aujourd’hui nous ne répondons pas à leurs aspirations.

Il convient de construire une confiance réciproque, de montrer que le politique a besoin des compétences de cette jeunesse et à défaut que ses aspirations sont des moteurs pour bâtir l’avenir. Ce positionnement électoral de la jeunesse n’en demeure pas l’expression des difficultés particulières qu’elle éprouve aujourd’hui en termes d’emploi et de logement, tout simplement de l’appropriation de la société. Le poids du coût du logement, la précarité de l’emploi avec sa saisonnalité particulière dans notre région provençale sont autant d’éléments qui l’empêche d’accéder à une réelle autonomie et qui l’entraîne vers un rejet de la société qui ne s’exprime plus vers les formations d’extrême gauche, et semble renier la République non capable d’organiser la justice sociale.

Alors, l’on peut dire que ces dernières régionales furent une victoire pour la Gauche et surtout pour les citoyens car un rempart à la frénésie libérale du Président demeure. Mais l’on doit surtout s’inquiéter de l’inquiétante facilité au renoncement républicain que les résultats nous démontrent, voire nous redémontrent.

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

 

MENS ACTION TRIEVES PASSION ! |
Saint-Paul-lès-Dax ville à ... |
Tous ensemble pour Liancourt |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | UNL Vaucluse
| Francois buhr 2008 pour Le ...
| Reflexions Politiques